Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]

Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

AGE : 27
MESSAGES : 72
DATE D'INSCRIPTION : 06/08/2010


MessageSujet: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 9th 2010, 13:08

Il était 16h30, Arthur se leva de sa chaise et saisit sa veste en tweed qui était sur son dossier, il l'enfila par dessus sa chemise verte et jaune toute froissée, puis il prit son chapeau rapiécé qu'il mit sur sa tête.
Sa journée était finie, certes elle avait été plus courte que d'habitude mais aujourd'hui, il n'avait pas eu de perquisition à faire, ce qui avait soulagé l'effectif. Au lieu de cela, le Service s'était contenté de remplir des dossiers, de rédiger des rapports, relire des lois et répertorier des adresses...

Arthur donna quelques instructions à Magdalena, une jeune sorcière de son Service très compétente, puis il salua tout le monde avec un petit air joyeux avant de disparaître derrière la porte. Il était au deuxième niveau et devait donc remonter deux étages, il salua quelques personnes d'autres Service et échangea quelques mots avec certains d'entre eux. M.Weasley aimait bien sortir du Ministère pour transplaner, il voyait de temps en temps des moldus se balader et cela lui arrachait toujours un petit sourire complaisant. Parfois même il lui arrivait de ramasser un vieil objet qui avait été jeté par ces mêmes moldus, cela était plutôt rare mais quand ça arrivait il ne résistait pas à la tentation et le prenait avec lui. Molly grondait quand il revenait avec quelque chose car cela ne faisait qu'intensifier sa collection et la place disponible dans le Garage commençait sérieusement et même dangereusement à s'amenuiser.

Arthur tourna à l'angle de la rue pour rejoindre une petite ruelle sombre, de là il vit d'autres sorciers du Ministère transplaner, certains arrivaient d'autres partaient. Arthur avait hésité à passer par le réseau de cheminée aujourd'hui, il avait toujours de la poudre de cheminette avec lui. Cependant lorsqu'il avait imaginé la tête de sa Molly chérie quand elle verrait de la suie sur le plancher, il préféra utiliser la méthode du transplanage. M. Weasley disparut soudainement laissant derrière lui une douceur sonore que l'on peut traduire par l'onomatopée "Poc".

L'instant suivant, il se retrouva devant chez lui, le Terrier, les nuages étaient gris au dessus de lui, il devait certainement pleuvoir à Loutry Ste Chapsoule et la maison Weasley si atypique n'allait certainement pas tarder à recevoir sa trombe d'eau. Il passa le petit portillon, un peu de travers et se dépêcha de rejoindre la porte d'entrée avant de se faire mouiller. On pouvait très bien voir que la pluie au loin inondait le versant des collines qui entouraient le Terrier. Arthur poussa la porte en bois de la maison et lança comme à son habitude avec son ton si jovial qui le caractérise bien:


Arthur: Bonjour les Weasley!

Il resta un peu figé un moment, il n y avait que Ginny à la table de la cuisine, elle prenait son goûter et mangeait des tartines. Arthur passa le pas de la porte et referma celle-ci avant de voir que dans la salon, deux aiguilles à tricoter enchantées travaillaient toute seule sur un morceau de laine. Arthur passa à côté de sa fille et lui ébouriffa les cheveux d'une main protectrice. Il s'installa ensuite à une chaise. C'était les vacances scolaires, Arthur ne savait pas si Harry et Hermione allaient venir. Cela serait certainement le cas, mais en attendant l'ambiance du Terrier était un peu terne et morne, il n y avait que Molly, Ronald, Ginevra et Arthur. Fred et George faisaient marcher leur boutique de Farces & Attrapes car pendant les vacances c'était là qu'ils faisaient leur meilleur chiffre d'affaire.

Arthur sortit sa baguette de la poche intérieure de sa veste en tweed qu'il n'avait pas pris le temps d'enlever. Un feu vif crépitait dans la cheminée ce qui réchauffait considérablement la pièce et l'atmosphère. M. Weasley en profita pour se servir un thé à l'aide de sa baguette, il n'avait pas la même classe que sa femme lorsqu'il s'agissait de faire cela. Il prit également la Gazette du Sorcier qui était sur la table, il n'avait peu eu le temps de consulter les nouvelles du Monde de la Magie ce matin. Il but une gorgée de son thé, déplia le journal et commença à le lire.


Arthur: Pas moins de 4 joueurs blessés lors du match entre les Faucons de Falmouth et les Catapultes de Caerphilly. Décidément le Quidditch devient de plus en plus dangereux et encore je ne parle pas des équipes de Transylvanie qui ont vraiment un jeu sanguinaire. Les collègues du Service des Jeux & Sports devraient songer à faire des lois de règlementation internationale. Ginevra chérie promets moi que tu seras prudente si un jour tu veux devenir joueuse professionnelle.

Arthur adressa un grand sourire à sa fille qui brillait dans l'équipe de Gryffondor. Il tourna la page de son journal et lu un petit encart sur Harry Potter l'élu qui disait que le mensonge était maintenant devenu vérité absolu. Ces journalistes, toujours là à guetter le moindre de vos actes, de vrais fouineurs en somme. Arthur reprit une gorgée de thé puis il vit Molly arriver avec une corbeille de linge, et lui porta un regard attendrit, il se leva et alla déposer un baiser affectueux sur le front de sa Mollynette chérie avant de se rassoir.

Arthur: J'espère que tu as passé une bonne journée. Ronald est dans sa chambre? J'ai pourtant une grande nouvelle à vous annoncer et je t'attendais justement.

Arthur s'éclaircit la gorge, c'était quitte ou double, soit Molly pouvait rentrer dans une colère incontrôlable soit elle pouvait rentrer dans un état de félicité incommensurable.
Il posa ses yeux sur sa femme d'un air un peu inquiet puis repris sa phrase.


Arthur: Figurez vous qu'un collègue au Ministère m'a donné quatre tickets de Magicobus et demain j'ai un jour de congé. Que dis tu d'aller voir Fred et George sur le Chemin de Traverse en Magicobus?

Arthur eut un petit sourire mais il ne savait pas s'il était partagé car le Magicobus, c'était assez particulier, il y avait de quoi avoir la nausée rapidement, ça remuer dans tout les sens ça bondissait et le voyage était assez désagréable c'est pourquoi Arthur prit le soin d'ajouter:

Arthur: Ce sera seulement à l'aller le Magicobus. De la magie dans un simple véhicule moldus c'est excitant et fascinant tu ne trouves pas Molly chérie?

Il en savait quelque chose Arthur, lui même avait fait l'expérience avec la Ford Anglia, ce qui avait laissé un très très mauvais souvenir à sa femme. En tout cas il ne savait pas comment elle allait réagir et il reposa immédiatement son regard sur le journal pour ne pas avoir à croiser celui de sa femme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molly Prewett Weasley

♥ Maman poule maniaco-hysterique ♥

avatar

Féminin AGE : 30
MESSAGES : 117
DATE D'INSCRIPTION : 16/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Me ^^'

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 9th 2010, 15:24

    Qui a dit qu’être mère au foyer n’était pas un travail à temps plein ? Lorsqu’on s’appelait Molly Weasley, ça l’était je puis l’assurer. Et pire encore quand c’était les vacances ! En vérité, Molly ignorait ce qu’elle préférait … Que ses enfants soient à Poudlard, ou à la maison ? A la maison bien entendu, même si dans ces cas-là, c’était l’époque de l’année où il lui semblait avoir le plus de tâches ménagères … Bien que les jumeaux ne soient plus à la maison étant donné qu’ils avaient monté leur affaire… de … boutique de farces et attrapes. Sans même prendre le temps de terminer leurs études …Sur cette pensée, Molly fronça les sourcils alors qu’elle époussetait d’un geste plus vif soudain le haut de l’armoire qu’elle nettoyait. Elle avait encore du mal à admettre qu’ils aient pu abandonner leurs études pour quelque chose de si frivole et incertain ; enfin, elle avait toujours su au fond qu’ils n’étaient pas comme Percy par exemple ; les études et eux ce n’était pas une grande histoire d’amour … Par contre, les blagues, ça avait toujours été leur rayon ...

    Il fallait bien qu’elle se fasse une raison un jour notre Molly. Leur affaire avait l’air de bien marcher pour le moment du moins, d’après les dernières nouvelles qu’ils en avaient eus. En effet, cela leur prenait beaucoup de temps et par conséquent, il les voyait donc beaucoup moins souvent. Peut-être était-ce à cause de cela aussi ? Peut-être avait-elle l’impression qu’ils étaient partis bien trop tôt à son goût de la maison ?... Alors que les enfants grandissaient, et que la maison se vidait peu à peu – et un peut trop vite à son goût -, et bien cela indiquait de plus en pus que bientôt tous les enfants quitteraient le cocon familial, n’y laissant que les parents comme un vœux couple qui n’avaient principalement plus que des souvenirs… Qui sait, peut-être était-ce pour cette raison en partie qu’elle leur en avait voulu non ? Contracdictoire notre chère Molly …D’un côté, elle n’aimait pas les vacances car tout le monde y était et elle avait trois fois plus de boulot à la maison, mais d’un autre côté, ses rêves de grande famille n’avait jamais faiblis au fil des années et elle souhaitait toujours autant que tous restent unis et ensembles. Si elle ne se retenait pas, elle serait quitte à tous les attacher à la maison pour qu’ils ne quittent jamais … Vous ne la croyez pas capable ? Je n’en serai pas si certaine si j’étais vous …

    En ce moment, il n’y avait que Ginny et elle à la maison et celle-ci était en bas en train de déjeuner. Elle ne savait pas encore si Harry et Hermione comptait venir avant la fin des vacances ; elle l’espérait beaucoup … Le pauvre Harry qui, chez son oncle et sa tante devait sans doute être sous-alimenté … À moins que ce soit elle qui sur-alimente sa famille ?? Non, bien sûr que non En tous cas, personne ne s’était jamais plains, par conséquent il n’y avait pas de problème. Et puis déjà l’an dernier, elle avait trouvé Harry plus maigre que l’été d’avant – bien qu’elle ait également grandi- …Enfin, d’accord, il n’avait jamais été très gros mais bon, elle était persuadée que ces gougeât de Dursleys ne lui donnait pas assez à manger. Point, il n’y avait rien de plus à dire.

    Molly avait passé la journée à nettoyer la maison de fond en comble, semblant découvrir à chaque fois quelques nouveaux coins qui lui semblaient avoir nettoyé le jour d’avant et qui était déjà salis de nouveau … Mais elle y prenait presque goût x). Nettoyer, faire la cuisine… Elle passerait ses journées à cuisiner et voir sa famille après se régaler avec ne pouvait être que le meilleur compliment que l’on pouvait lui faire. Lorsqu’ils seront tous partis, elle ne fera plus que de la cuisine pour deux …? Molly, pendant quelques secondes, considéra cette simple phrase et resta plongée dans pensées pendant plusieurs minutes… Mais en attendant, il fallait profiter. Et puis, quand ils seraient tous partis, ce serait la vie à deux qui recommencerait en fait ! On pouvait aussi analyser en ce sens … Après tout, avant que cette grande famille ne se crée, ils n’étaient que deux au départ – logique -. On pouvait se représenter cela comme un cercle … Un cercle qui n’en finissait jamais, ou alors un renouveau ? Mais que cette époque était lointaine. Très lointaine de la famille qui, à présent, s’était construite à partir d’un simple noyau… Autour duquel s’était tissé le nid douillet du cocon familial, cocon qui n’avait certes jamais certes roulé sur l’or mais la richesse de découlait pas forcément de l’argent avait toujours songé Molly. Il y avait d’autres sortes de richesses et en cela, Molly vivait au milieu de trésors considérables.

    Ma foi, Molly était bien mélancolique aujourd’hui dirait-on … Sur ces pensées, elle venait de décider d’inviter quelques amis à eux. Demain, ou après-demain, ou dans les jours d’après. Voir la table aussi bien remplie que possible, une table chaleureuse, un repas modeste mais fait et préparé de bon cœur. Quoi de mieux ? Ce fut sur cette décision qu’elle tourna la tête en direction de la porte de la chambre. Elle avait cru entendre du bruit en bas. Quelqu’un était-il arrivé ? Etait-ce Arthur ? Il faisait souvent des heures supplémentaires au bureau … Serait-il arrivé cette fois à l’heure ?? A cette pensée, un léger sourire flotta sur son visage. C’était un miracle s’il était arrivé si tôt ! Et la question principale … Avait-il ramené quelque objets moldus trouvés dans la rue qui viendrait s’ajouter dans le garage ? Molly afficha alors un air réprobateur … Elle ferait bien de descendre voir. En même temps, tendant l’oreille un peu plus, elle ne put en effet que constater que c’était bien lui de retour. Il semblait … Lire le journal, d’après les mots qui lui parvenait, ou alors faire le résumé d’une affaire au ministère … En tous les cas, cela parlait de Quidditch.

    Songeant qu’elle en saurait encore davantage si elle descendait à la cuisine, c’est ce qu’elle fit. Arthur et Ginny se trouvaient autour de la table, tous deux en train de déjeuner. Ginny, des tartines devant elle, et Arthur avec un thé et un journal devant lui : elle l’aurait parié. Un millième de seconde, elle tenta de reconnaître les signes d’une fatigue certaine sur ses traits dû à une très longue journée de travail – après tout, le ministère se fichait bien que ses employés travaillaient trop, c’était d’ailleurs ce qu’elle leur reprochait … si cela n’attendait qu’elle elle aurait déjà filé au ministère depuis longtemps pour leur dire ses quatre vérités-. On ne la changeait pas après tout, notre chère Molly. Mais s’il était déjà de retour, c’était que la journée n’avait pas été trop lourde. Molly se félicitait parfois quand même que toutes les journées ne se ressemblaient pas. En passant par le premier étage, elle attrapa la corbeille à linge qu’elle avait posée là plus tôt dans l’intention de la descendre puis, elle descendit … Dès son entrée, les regards se tournèrent vers elle. L’attendrissement momentanément qui passa dans ses yeux alors que celui-ci venait à elle lui dire bonjour se teinta cependant d’une lueur suspicieuse alors qu’il lui disait qu’il l’attendait justement pour leur annoncer quelque chose…

    Pourquoi donc craignait-elle chaque fois lorsqu’il lui disait ? Peut-être parce qu’elle craignait sur le moment qu’il n’ait encore trouvé un de ces objets moldu qui prenait bien trop de place pour ce qu’il servait, et qui viendrait encombrer le garage plutôt qu’autre chose. L’inconvénient de cela était qu’en plus, cela l’empêchait de pouvoir faire le ménage comme elle aurait aimé ! Allez faire faire le ménage dans la garage vous, je vous donne bien du courage … Avec tout ce qu’il y avait. En y descendant, elle ne rêvait que d’une chose c’était faire un peu de tri là-dedans … Un chat n’y retrouveraient même pas ses petits Enfin, bien qu’elle ne comprenne pas toujours sa réelle passion pour les objets non magiques. Elle l’acceptait tout de même, mais appréhendait curieusement chaque fois qu’il revenait en disant une phrase de ce genre « J’ai une nouvelle à vous annoncer ! ». Même si la lueur qui brillait dans ses yeux était toujours un peu émouvante … On pouvait croire un enfant qui venait de recevoir un nouveau jouet. Peut-être était-ce pour cela en partie qu’elle se retenait de faire le ménage dans le garage et de tout virer dehors …

    Molly fixait son mari toujours d’un regard soupçonneux, attendant qu’il poursuive, les bras posés de chaque côté de ses hanches. Elle put constater qu’il était quelque peu inquiet de sa potentielle réaction … Le premier qui dit ou pense que tout le monde à la maison craint la colère de Molly et il se retrouve avec un balai coincé au plus mauvais endroit que vous ne puissiez imaginer Razz Et Molly ne plaisante jamais sur ça !

    1/ Bonne nouvelle… Il avait un jour de congé demain ! En fin de compte, ils n’étaient pas tous incompétents dans ce ministère ; ils savaient reconnaître lorsque quelqu’un faisait du bon boulot, jusqu’à même faire des heures supplémentaires. Molly fut heureuse d’apprendre pour ce jour de congé imprévu. Elle n’aimait cependant pas vraiment les voyages en magicobus ; elle en avait pris une fois … Elle n’avait jamais oublié ce voyage. Jamais. Mais pas dans le sens le plus agréable du terme « inoubliable ». Cependant, la mention de ses fils, Fred et George, la fit hésiter … Cela faisait longtemps qu’ils ne les avait pas vus, et bien qu’elle n’accepte pas vraiment tous leurs choix, elle serait heureuse évdemmenti d’aller les voir … Ils ne passaient que très peu souvent à la maison sinon, et très brièvement … La dernière fois même ils n’avaient même pas pu rester mangé, ce qui avait quelque peu contrarié leur mère. Et puis, ce serait une occasion de voir si leur affaire marche bien ! Dans le cas contraire, Molly aurait tous les arguments possibles pour leur reprocher encore combien ils avaient été irréfléchis d’abandonner leurs études. Mais même malgré cela, elle tenait tout de même à eux comme à n'importe quel membre de sa famille.

    Ce serait peut-être une bonne idée… Cependant, il rajouta ensuite que le magicobus ne sera qu’à aller, ajoutant que de la magie dans un simple véhicule moldu était fascinant… Molly s’arrêta au terme fascinant, ne te tenant pas compte des derniers mots qui étaient sans aucun doute juste pour l’amadouer, enfin pour dédramatiser le reste de ses propos … D’ailleurs, il avait reporté son attention su le journal « un peu » trop subitement… De toute évidence, il semblait savoir que cette deuxième partie de phrase n’était pas pour lui plaire …

    « Ah ? Et on revient comment… ? » dit-elle d’une voix certes calme mais dangereusement calme si on en croyait la lueur soudain plus accusatrice qui s’était soudain allumée dans le fond de son regard… « En voiture … volante, peut-être ? »

    … L’évocation était d’elle-même bien plus significative qu’en en disant davantage. Vu les problèmes que cette Ford Anglia avait posé lors de la seconde année d’étude de l’un de ses fils, vous comprendrez certainement le ressentiment qu’elle peut avoir envers les « simples véhicules »auquel on ajoutait « quelques petites plus » pour que celui-ci aille plus vite par exemple, ou pour simplement faire des expériences… Et dieu sait combien Arthur aimait les expériences de ce genre, … Mais cette année-là, les conséquences auraient pu être désastreuses ! Vous vous rendez compte, si vous étiez moldus et que vous voyiez une voiture volante dans le ciel ? Quelle serait votre réaction ?? … D’accord, c’était Ron et Harry qui avaient emprunté la voiture, mais c’était Arthur qui l’avait transformé … Un frisson d’appréhension la saisit ; ils auraient pu avoir plus d’ennuis que cela ce jour-là. Un coup de chance que le ministère ne l’ait pas viré, Molly ne l’osait même pas imaginer… Vous comprenez alors les raisons pour lesquelles elle n’aimait pas particulièrement lorsqu’on parlait de « simples véhicules moldus » et pire lorsqu’on associait ce mot avec le mot « magie ». Les termes « excitants et fascinants » ne lui venaient pas prioritairement à l’esprit …

    Son expression figée se détendit cependant lorsqu’elle ajouta par contre en souriant…

    « Bonne idée par contre je trouve pour aller rendre visite aux jumeaux… Ils viennent si peu ici depuis qu’ils ont leur boutique au chemin de traverse que l’on se demande s‘ils pensent à nous », termina t-elle avec plaisanterie bien que sa pensée était des plus sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-harrypotter.forumactif.com/personnages-valides-f7/molly-prewett-weasley--fini-t272.htm http://world-of-harrypotter.forumactif.com/repaires-de-l-ordre-du-phenix-f33/je-tourne-tu-tournes-tout-tourne-fe-sirousounet-t280.htm#6115
Arthur Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

AGE : 27
MESSAGES : 72
DATE D'INSCRIPTION : 06/08/2010


MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 9th 2010, 18:55

Arthur était toujours réfugié derrière son journal et ne voyait pas la tête de sa femme, il l'imaginait simplement avec des yeux réprobateurs, il lisait vaguement une nouvelle sur le lâchage d'un Norvégien à Crète dans une montagne Norvégienne, il n y prêtait pas vraiment attention et attendait plus la réponse de sa femme. Il pensait que voyager en Magicobus ne lui plairait guère mais que le fait de voir Fred et George pourrait pencher en sa faveur. De plus, Arthur avait un jour de congé et ça c'était très important pour Molly qui n'arrêtait pas de critiquer les horaires arbitraires qu'il faisait au Ministère. Passer du temps en famille ne pourrait faire que du bien à tous, il savait que sa Molly chérie avait envie de revoir les jumeaux, même si elle condamnait encore de temps à autre leur choix de métier. Commerçant n'était pas ce qu'il y avait de plus stable surtout ces temps-ci mais tout le monde avait besoin de voir Fred et George, tout le monde allait rire et s'amuser et ça pour les Weasley c'était très important, cela allait de paire avec la convivialité qui animait la famille.

Lorsque sa femme évoqua le retour, Arthur baissa son journal et la regarda dans les yeux, son regard n'était pas menaçant mais plutôt accusateur surtout quand elle fit une remarque à propos de la Ford Anglia, c'était un reproche sous entendu mais non dissimulé. Elle n'avait toujours pas oublié cette histoire vieille de quatre ans et ne se gênait pas de la rappeler à Arthur, c'est vrai que Ronald avait prit de gros risque en allant à Poudlard avec, Arthur aurait pu perdre son travail également. En tout cas Ron devait toujours se souvenir de la beuglante qu'il avait reçu. Enfin quoiqu'on en dise cette voiture était la plus belle réussite de Arthur, même si sa femme réussissait à le faire culpabiliser à ce propos il n'en pensait pas moins. En revanche il n'avait pas penser au retour et pas question de transplaner avec Ginny. C'était problématique, Arthur n'avait pas envie de débourser une trentaine de mornilles pour un retour en Magicobus. Il roula des yeux et les reposa sur sa femme qui attendait toujours une réponse et qui visiblement s'impatientait. Arthur se tassa un peu, c'était comme si Molly rien qu'avec son regard lui mettait une enclume sur les épaules.

Arthur: Eh bien c'est une bonne question... on pourrait se rendre chez Tom au Chaudron Baveur, il a une cheminée de là on pourrait prendre la poudre de cheminette Molly chérie.

Le problème c'était qu'en ce moment le réseau des cheminées n'était pas dans son meilleur état. L'arrivée des vacances avait accentué la circulation et au Ministère c'était un vrai casse-tête, on en entendait parler dans tout les Services. En période de vacances c'était une vraie folie. Enfin, Arthur n'allait pas envoyer Errol au Ministère pour demander une dérogation de Portoloin, tant pis ils se débrouilleraient bien avec la poudre de cheminette. Tom était une bonne connaissance et il ferait certainement des Weasley une de ses priorités. Molly devrait sûrement refaire le ménage au Terrier et Arthur redoutait une fois de plus sa réaction à ce niveau là. Quatre personnes utilisant la cheminée comme voie de transport ça salis beaucoup une pièce.

Comme il l'avait espéré, Molly avait vraiment envie de voir ses fistons adorés, c'était donc décidé! Demain excursion de la petite troupe Weasley sur le Chemin de Traverse direction Weasley, Farces pour sorciers facétieux. Elle termina sa phrase avec un semblant de plaisanterie. Arthur n'était pas dupe, voilà près de trente années qu'ils étaient mariés, il la connaissait, elle essayait de prendre un air détaché quand elle disait ça, mais ses pensées étaient tout autres. Il savait que ce qu'elle avait dit sur la fin, elle y pensait constamment. Bien qu'elle ait pu hurler des centaines de fois sur Fred et George, elle était triste de leur départ et ça se ressentait dans l'ambiance au Terrier, elle s'énervait parfois pour un rien sur Ron, elle reprochait ceci-cela à Ginny, elle était constamment sur le dos de Arthur. Cela la détendrait très certainement d'aller voir les jumeaux demain et Arthur ne put s'empêcher de penser qu'il avait eu une bonne idée de prendre un jour de congé.


Arthur: Molly chérie, bien sur qu'ils pensent à nous, il faut juste qu'ils prennent le temps de mettre leur jeune commerce en ordre. Et puis on les invitera à manger avec Tonks et Lupin si tu veux. Je suis sûr qu'ils sont tristes de ne plus t'entendre leur hurler dessus.

Arthur fit un petit sourire à sa femme, il espérait l'avoir rassurer quelque peu. Il finit sa tasse de thé et replia le journal. Il comprenait cependant la tristesse de sa femme, voilà longtemps que la famille Weasley n'avait pas été au grand complet autour d'un bon repas, au fait c'était depuis leur vacance en Égypte. Bill était revenu en Grande-Bretagne pour travailler dans les bureaux de Gringotts, cela avait fait énormément plaisir à Molly. Seulement d'un autre côté, Charlie était toujours en Roumanie, Percy n'adressait plus la parole ni à son père ni à sa mère et les jumeaux connaissaient le début de la fortune. Alors oui sa femme avait le droit d'être inquiète et maussade mais elle ne devait pas oublier que Arthur était là et que Ron et Ginny aussi et puis il était certain que tous allaient bientôt se revoir. Depuis quelques temps déjà, Arthur songeait à se rendre en Roumanie pour voir Charlie, voilà un moment qu'ils n'étaient pas aller le voir là haut, cela ferait plaisir à son fils mais aussi à sa femme.

Il est vrai que personne n'aimait lorsque le Terrier était aussi calme, la venue de Harry et de Hermione serait la bienvenue, invité Bill et Fleur serait également une bonne idée, il devrait en faire part à Molly généralement c'est elle qui s'occupait des invitations. En bref la famille Weasley avait besoin de convivialité, de chaleur humaine, de moments de partage c'était dans les gênes de toute la famille.

Le silence dans la cuisine devenait pesant à présent, Arthur porta un regard sur son horloge qui indiquait que toute la famille était en bonne santé. Le plus moldu des sorciers regarda sa femme avec un regard protecteur, elle pouvait compter sur lui et elle le savait dès le jour où elle avait poser ses lèvres sur les siennes. Ce fameux jour du 25 décembre 1965, celui où un élève devait faire un cadeau à un autre élève tiré au sort. Arthur était tombé sur le nom de Molly Prewett et Molly sur Arthur, lui n'avait rien trouver de mieux qu'un pull-over à lui offrir car il n'avait que 3 gallions en poche. Elle lui avait offert un baiser, le plus beau cadeau de sa vie depuis ce jour une flamme perpétuelle avait trouver un foyer dans leur cœur.


Arthur: Je ne t'ai pas dit Molynette, je compte revendre quelques objets, je vais passer une annonce dans la Gazette. Je pense me débarrasser de vieilles prises, de quelques ampoules à incandescence et de deux ou trois clés à molette.

Arthur espérait que cela ferait plaisir à sa femme et lui ferait oublier ses réflexions manichéenne sur l'absence de ses fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

Féminin AGE : 25
MESSAGES : 158
DATE D'INSCRIPTION : 05/08/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Avatar; l u c a r i a ♣ et gif profil; Sophie et gif signature; Never Mind

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 9th 2010, 21:43

    Le Terrier était bien vide ces temps-ci. Au fil des années, la maison familiale perdait de ses membres. Maintenant, il n'y avait plus que Ginny et Ron comme enfant. C'était les deux derniers à Poudlard. Et bien sur, il y avait toujours Molly et Arthur. Vivre à 4 au lieu de 8 changeait totalement l'atmosphère dans la maison, mais surtout l'ambiance. C'était étrangement calme depuis le départ des jumeaux. Enfaite, ce n'était pas si étrange que cela car c'était surtout eux qui mettait l'ambiance. Maintenant ce n'était plus pareil. Mais bon, Ginny ne se plaignait pas du calme qui régnait.

    Ginevra était dans la cuisine. Il était l'heure de gouter et son ventre avait crié famine. C'est donc pour cela qu'elle se trouvait, assise à la table de la cuisine devant deux tartines fraichement préparé. Il ne lui manquait plus que de la boisson. Un petit truc magique lui préparait son jus d'orange. Ginny n'avait besoin que de prendre le verre en main et de l'amener à sa table. Bah oui, il n'allait pas s'amener tout seul ! Tout ne pouvait pas se faire par magie, malheureusement ! Ça rendrait certainement la vie plus facile à vivre.

    La rouquine était donc maintenant à table, devant son gouter qui avait l'air très appétissant. Ginny prit en main la tartine puis en croqua un bout. Oui, elle était délicieuse. Son ventre commençait à se remplir au fil des crocs dans sa tartine. Et lorsqu'elle allait finir sa première tartine, la porte d'entrée du Terrier s'ouvrit, laissant apparaître Mr Weasley. Il rentrait du travail. Car oui, lui n'était pas en vacance malheureusement.

      ARTHUR – « Bonjour les Weasley! »

    Ginny le regarda avec un air joyeux et lui adressa un jolie sourire. Elle était contente de le voir. D'ailleurs, d'un ton joyeux, elle le salua. Sans pour autant se lever. Non, elle était occupé avec ses tartines.

      GINNY – « Bonjour Papa ! »

    Puis son père passa à côté d'elle et lui ébouriffa ses cheveux. Rah, Ginny n'aimait pas ça. Elle aimait ça quand elle était petit, mais ça l'agaçait un peu maintenant. Tout en regardant son père s'installer à côté d'elle, elle replaça ses cheveux correctement, et passa ses doigts entre les mèches pour démêler des quelconques noeux que Arthur aurait pu créer. Mais enfaite, il n'y avait rien. Ses cheveux était toujours aussi lisse et sans noeu. Miss Weasley posa ensuite son regard sur la deuxième tartine et écouta son père en même temps.

      ARTHUR – « Pas moins de 4 joueurs blessés lors du match entre les Faucons de Falmouth et les Catapultes de Caerphilly. Décidément le Quidditch devient de plus en plus dangereux et encore je ne parle pas des équipes de Transylvanie qui ont vraiment un jeu sanguinaire. Les collègues du Service des Jeux & Sports devraient songer à faire des lois de règlementation internationale. Ginevra chérie promets moi que tu seras prudente si un jour tu veux devenir joueuse professionnelle. »

    Et bien dis donc ! Le Quidditch n'était plus ce qu'il était il y a quelques années. Mais cela n'empêchait pas Ginny de adorer toujours autant ce sport. Elle l'aimait depuis son enfant car c'est durant son enfance qu'elle a fait des premiers tours de balai, sans que ses parents le sache d'ailleurs. Ginny regarda son père avec un grand sourire à l'entente de sa dernière phrase.

      GINNY – « Je le serais P'pa. T'inquiète pas. »

    Devenir joueuse professionnelle, pour l'instant, elle n'y pensait pas trop. Déjà, être dans l'équipe de Gryffondor était génial ! Elle était vraiment fière d'avoir pu entrer dans l'équipe. Et cela avait certainement avoir rendu fière sa famille. De plus, le fait d'avoir une place dans l'équipe de Quidditch de Gryffondor, lui permettait de se rapprocher d'Harry, de le voir plus souvent, d'être plus au près de lui. Oui, car malgré les bons conseil d'Hermione, Ginny n'arrivait pas à oublier celui qui l'avait sauvé. Et pourtant, elle essayait ! La preuve, elle sortait avec Dean Thomas. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle avait refoulé ses sentiments pour l'Elu.

    Mme Weasley était arrivée dans la cuisine. Maintenant, son père parlait avec elle, ce qui laissait Ginny manger sa tartine. Mais biensur, d'une oreille attentive, elle écoutait la discussion.

      ARTHUR – « … J'ai pourtant une grande nouvelle à vous annoncer … »

    Une grande nouvelle à annoncer ?! Ginevra posa sa tartine dont elle avait fait un premier croc puis écouta attentivement son père tout en lançant un regard interrogateur à sa mère, l'air de dire « Qu'est qu'il nous réserve ? » Et elles n'allaient pas tarder à le savoir.

      ARTHUR – « Figurez vous qu'un collègue au Ministère m'a donné quatre tickets de Magicobus et demain j'ai un jour de congé. Que dis tu d'aller voir Fred et George sur le Chemin de Traverse en Magicobus? Ce sera seulement à l'aller le Magicobus. De la magie dans un simple véhicule moldus c'est excitant et fascinant tu ne trouves pas Molly chérie? »

    Un large sourire s'afficha sur le visage de Ginny. Elle n'était pas heureuse pour le magicobus mais plutôt pour le fait de voir Fred et George ! Car mine de rien, ils manquaient énormément à Ginny. C'était avec eux qu'elle s'entendait le mieux. En tout cas, Ginny était vraiment partante. Mais encore fallait-il que Mme Weasley soit d'accord à son tour. La dernière de la famille déposa donc son regard sur sa mère tout en guettant sa réaction.

      MOLLY – « Ah ? Et on revient comment… ? … En voiture … volante, peut-être ? »

    Sur le coup, elle n'avait pas tord. Si le Magicobus n'était que pour l'aller, ça allait être gênant car il n'y avait pas d'autre moyen de rentrer. Sauf peut-être la poudre de cheminette ou même un portoloin. Ginny écouta alors la conversation entre ses deux parents. Ils parlaient, ils parlaient comme si Ginny n'existait pas. Mais biensur, elle n'allait pas rester comme ça, sans intervenir dans la conversation alors après les échanges de ses parents, elle prit enfin la parole.

      GINNY – « Tant qu'on va voir George et Fred, moi le moyen de transport m'importe peu. »

    D'accord, c'était une intervention inutile mais c'était pour montrer qu'elle était encore là. La rouquine prit son verre de jus d'orange et en bu une gorgée. La remarque que venait de faire sa mère l'a choqua un peu. Comment pouvait-elle penser que Fred et George ne pensaient pas à eux ?!

      MOLLY – « Bonne idée par contre je trouve pour aller rendre visite aux jumeaux… Ils viennent si peu ici depuis qu’ils ont leur boutique au chemin de traverse que l’on se demande s‘ils pensent à nous »

      ARTHUR – « Molly chérie, bien sur qu'ils pensent à nous, il faut juste qu'ils prennent le temps de mettre leur jeune commerce en ordre. Et puis on les invitera à manger avec Tonks et Lupin si tu veux. Je suis sûr qu'ils sont tristes de ne plus t'entendre leur hurler dessus. »

    Face à la réponse de son père, Ginny ne pouvait que hocher de la tête tout en regardant sa mère pour lui faire comprendre qu'elle ne devait pas s'inquiéter et qu'ils pensaient toujours à eux. D'ailleurs, la jeune sorcière en rajouta une petite couche.

      GINNY – « Et puis, Maman, Fred et George penseront toujours à nous ! Comme tous les autres membres de la famille. Même Bill avec sa Fleur Delacour ... » fit remarquer la jeune fille tout en faisant une grimace lorsqu'elle prononça le mot "Fleur Delacour". « Oh oui ! Avec Tonks ! Ca va être super ! » ajouta-t-elle à l'adresse de son père.

    Ginny adorait Tonks. Elle était vraiment très drôle, elle l'aimait bien tout simplement. Alors, si elle pouvait venir manger à la maison, ce n'était pas de refus ! Et puis Ginny aurait bien aimé d'autre personne à inviter pour manger à la maison ! D'ailleurs, c'est ce qu'elle fit remarquer, interrompant leur nouvelle discussion en cours.

      GINNY – « On devrait inviter Hermione et Harry ici aussi ! »

    Oui, Ginny les attendait avec impatience ! Et elle espérait qu'ils allaient venir durant cet été. En attendant une quelconque réponse ou réaction de ses parents, Ginny fit un nouveau croc dans sa tartine et bu une nouvelle gorgée de son jus. Son ventre se remplissait petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molly Prewett Weasley

♥ Maman poule maniaco-hysterique ♥

avatar

Féminin AGE : 30
MESSAGES : 117
DATE D'INSCRIPTION : 16/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Me ^^'

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 10th 2010, 14:22

    Evidemment, elle savait qu’il ne serait pas dupe de son ton de plaisanterie… Il la connaissait trop bien depuis le temps qu’ils étaient ensembles pour pouvoir affirmer avec certitude qu’il ne verrait pas que derrière cette blague se cachait une vraie inquiétude. Ca, elle le lut dans ses yeux lorsqu’il releva le regard vers elle ; en fait, il semblait y avoir toujours cette connexion entre eux, même si, le passé en était témoin, ils ne l’aient pas reconnu de suite comme tel. Au contraire, les débuts avaient été plutôt difficile si l’on peut dire ainsi… A présent, Molly en riait encore ; mais assurément, il n’aurait pas été évident qu’au fur et à mesure des années à Poudlard, ils se rapprochent. Si, excepté leurs amis peut-être, ou en tous cas les siennes qui n’e cessaient pas de l’embêter avec … Et qui sait, si ce jour de Noël 1965 n’avait pas existé en tant que tel, alors personne n’aurait fait le premier pas ou alors, ils se seraient encore pendant longtemps envoyer des piques… Sous les regards amusés et exaspérés de leurs amis. D’ailleurs, le jour où ils sont revenus main dans la main dans la salle commune, je ne vous raconte pas le cri de joie du petit groupe d’amis…D’ailleurs qui était à l’origine de cette mini fête dans la salle commune, elle ne savait plus mais si vous voulez mon avis, ce devait être Adrian qui était derrière tout cela… Enfin, il en faisait toujours trop ; honnêtement, ce n’était pas la peine d’en faire tout un plat…Bien heureusement, ils avaient trouvé un moment propice pour s’éclipser subrepticement ce soir-là sans que personne ne s’en aperçoive. Elle devait avouer que c’était parfois excitant de ne pas respecter les règlements. Molly n’oublierait assurément jamais ces excursions dans le château à la nuit tombée qui regroupèrent assurément les plus beaux jours de sa vie, hormis le jour ù ils avaient décidé d’emménager ensembles ainsi que chaque naissance de leurs enfants…

    Bon, maintenant que nous avons un peu parlé du passé, revenons au présent Rolling Eyes Pour le moment, Molly attendait la réponse d’Arthur ; elle restait soupçonneuse un moment de peur qu’il imagine encore un moyen « dangereux » pour revenir. Mais lorsqu’il lui répondit qu’il pourrait rentrer à l’aide de la poudre de cheminette, Molly en fut soulagée bien que la perspective de voir la salon ne pas rester très longtemps propre lui arriva à l’esprit. Mais de toute façon, c’était bien le moyen le plus simple, et puis un coup de ménage et rien n’y parait plus ; quoique mine de rien la suie ça s’accrochait pas mal aux tapis et aux vêtements. Mais un voyage par magicobus lui semblait bien plus que suffisant … Prendre la poudre de cheminette reviendrait à être encore plus confortable. Ginny avait relevé la tête et avait ajouté tout aussi ravie de revoir ses frères que le moyen de transporte lui importait bien tant qu’elle les voyait. Elle n’avait pas tord. Son expression se détendit quelque peu et elle répondit plus légèrement…

    « Marché conclu pour la poudre de cheminette, bien que ça va mettre un bazar affolant dans le salon… Mais c’est le plus sage… Quoique les réseaux doivent être assez encombrés peut-être étant donné que nous sommes en vacances ? », termina t-elle davantage à l’adresse d’Arthur.

    Molly sourit ensuite aux dernières paroles d’Arthur. C’était vrai que, ayant pris pour habitude de leur crier dessus – pour leur bien -, cela devait leur manquer. :red Et puis, faire un repas tous ensembles lui parut être une excellente nouvelle de nouveau… Les paroles d’Arthur semblèrent faire réflexion aux siennes un peu plus tôt … cela la conforta dans le fait d’inviter tout le monde … Rassembler tout le monde autour de la grande table de la cuisine qui semblait bien plus vide qu’auparavant, tout comme le Terrier en entier. Et oui, déjà sans les jumeaux dedans, ça faisait beaucoup plus calme ! ... Trop calme. Ce besoin de convivialité et de chaleur humaine était constant et gravés en chacun. Une maison silencieuse était plus triste. A chaque personne qui partait, elle perdait un peu de sa chaleur. En plus avec Percy qui ne voulait vraisemblablement plus avoir rien à faire avec eux, enfoui dans les jupons du ministère qu’il était et aveuglé sans aucun doute par l’obsession de son ambition, pas de doute qu’après Molly craigne que le restant de sa famille s’éparpille lui aussi. Franchement, après tout ce qu’ils lui avaient fait, tout ce qu’ils lui avaient donné, était-il si étranger à l’éducation dans laquelle il avait grandi ? ça la minait notre chère Molly. Considérablement, le fait que son propre fils semble rejeter sa propre famille pour simplement alimenter ses ambitions… c’était même intolérable que ses ambitions puissent passer bien avant sa famille et sa loyauté envers elle. Evidemment, elle savait qu’elle pouvait compter sur le soutient d’Arthur, et ses autres enfants étaient encore là, eux. Mais elle ne comprenait pas ce qui pouvait bien passer parfois dans la tête de Percy. Enfin, pour le moment, mieux ne valait pas parler de cela de crainte de miner complètement le reste de la journée.

    Ginny eut la bonne idée d’en rajouter une couche et en avec un sourire, Molly se tourna vers elle à l’évocation de la compagne de son fils aîné, Bill. Elle ne l’aimait pas vraiment ; il faut dire que la fille Delacour avait un caractère assez vif, et mordant ... A n’en pas douter, sa fille aurait mille fois préféré que son frère épouse Tonks, jeune femme joyeuse et aimable, ainsi qu’amusante bien que maladroite … La belle-fille rêvée ! Bien que sa maladresse lui porte bien souvent préjudice. Molly était bien souvent exaspérée par sa maladresse, mais elle la trouvait beaucoup sympathique. Pas de doute que si Bill était tombé amoureuse d’elle, Molly l’aurait accueillie à bras ouverts. A une époque même, avant qu’il ne connaisse Fleur, Molly avait même imaginé les invité tous les deux afin qu’ils fassent connaissances. Ne lui en veuillez pas, elle ne veut que le bien de ses enfants Mais les enfants n’en faisait qu’à leur tête et l’amour ne se contrôlait pas, Bill s’était donc épris de Fleur, (et d’ailleurs même le coeur de Tonks était déjà pris, bien que personne d’autre que Tonks ne le savait ) … Enfin… Elle avait cru surprendre quelque attitude étrange chez la jeune Métamorphomage, comme une attitude maladroite accrue lorsque le lycan était là… Il faudrait qu’elle le lui fasse part de ses réflexions personnelles, disons pas directement mais indirectement … Des allusions… Et oui, notre Molly avait des yeux pour regarder et certains détails ne lui échappaient pas. Et quant à Rémus, cela lui ferait du bien également de venir dîner avec eux. Ils étaient une grande famille, tous, en quelques sortes … Et Molly était heureuse de tous pouvoir les compter dedans.

    « Vous avez raison, » répondit-elle joyeusement. « Tonks, ainsi que Rémus pourront venir, et pourquoi pas Harry et Hermione. Il faudra dire à Ron, - lorsque monsieur sera descendu -, qu’il envoie un hibou à ses deux amis pour leur faire part de tout ça… Personne ne se plaindra je pense que la maison se remplisse autant et je ne pense pas que ni Harry ni Hermione ne seront ennuyés de venir au terrier pour la fin des vacances ».

    Faire venir tout ce petit monde à la maison impliquait d’ores et déjà beaucoup de travail, et deux fois plus à manger à préparer mais cela en valait la chandelle. La maison respirerait de vie, cela semblait lui donner un nouveau souffle… Tout le monde en était arrangé.

    Une nouvelle surprenante enfin…. Qu’Arthur lui annonça. Il comptait revendre des objets ?? Ce n’était pas son habitude ; son habitude était plutôt d’empiler, d’empiler jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de place… A moins qu’il ne veuille se débarrasser de quelques objets pour pouvoir faire de la place et en rajouter d’autres ?? Quoiqu’il en soit, elle en fut ravie. Cela ferait déjà des trucs en moins à prendre la poussière … Surtout qu’à certains elle n’en voyait pas vraiment l’utilité.

    « C’est une bonne nouvelle », répondit-elle en riant puis ajoutant en reportant son attention sur lui « … Même si je me demande pourquoi cette décision soudaine … Rassure-moi, tu ne veux pas faire de la place pour ramener autre chose… A moins que tu ais eu pitié de moi en m’imaginant faire le ménage dans ton garage… ».

    Il est vrai qu’en passant dans le garage, elle avait maintes fois l’envie de tout nettoyer mais le nombre affolant de « trucs » dedans l’empêchait de concrétiser son idée. En même temps, elle avait juste ajouter cela pour rire et cela se voyait dans son regard.

    … Ou alors il avait des outils en double et par conséquent, ça ne servait à rien de conserver les doubles donc il les revendait … Ou alors il en avait marre de la tête qu’elle faisait chaque fois qu’il ramenait quelque chose Il y avait maintes probabilités… Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-harrypotter.forumactif.com/personnages-valides-f7/molly-prewett-weasley--fini-t272.htm http://world-of-harrypotter.forumactif.com/repaires-de-l-ordre-du-phenix-f33/je-tourne-tu-tournes-tout-tourne-fe-sirousounet-t280.htm#6115
Arthur Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

AGE : 27
MESSAGES : 72
DATE D'INSCRIPTION : 06/08/2010


MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 10th 2010, 18:08

Arthur avait attendu la réponse de sa femme à propos de la Poudre de Cheminette, visiblement cela ne la gênait pas outre mesure, mais elle ne put s'empêcher de faire une remarque sur le réseau de cheminée. Une remarque qui aurait fait gronder le Ministère tout entier, bien sûr que les réseaux étaient encombrés et Arthur s'était bien gardé de le dire à sa femme car la patience n'était pas sa meilleure vertus loin de là. Au Ministère, à chaque fois qu'un collègue évoquait le réseau des cheminées c'était le branle bas de combat, tout le monde cherchait à savoir qui avait parler de ça pour lui expliquer que c'était un sujet tabou. Cela n'altérait pas trop la qualité du travail effectué par les divers Services mais disons que cela représentait une très grosse part de leur travail. Le Service des Transport Magique était débordé et cela n'avait pas le cas depuis 2 ans et cette fameuse Coupe du Monde de Quidditch où là le dit Service avait dû répondre à des centaines de milliers de demande pour des dérogations de Portoloin. On essayait même de rédiger des lois dans le but de réguler l'utilisation de la cheminée, il y avait des heures mais aussi des jours de grande affluence, il fallait donc aboutir à un trafic plus fluide. Enfin l'ambiance dans laquelle travaillait le personnel était stressante mais disons moins tendu que l'an passé quand Dolorès Ombrage avait obtenu une loi de Surveillance du réseau de cheminées. Cela avait fait grand bruit à l'époque et l'on voyait très nettement une forme de répression. Aujourd'hui malgré le retour de Lord Voldemort, le trafic n'était plus aussi surveillé que l'année dernière et c'était tant mieux car si cela avait été le cas, le casse-tête actuel n'aurait jamais pu être résolu d'autant plus qu'il était loin de l'être.

Pour en revenir à sa Molly chérie, Arthur ne pu s'empêcher de penser qu'elle avait toujours sur le bout des lèvres les questions fâcheuses. Comme si dans son inconscient elle voulait tout faire pour mettre à mal Arthur dans ses réponses. Le père de famille devait être franc avec sa femme, car si il lui disait que le réseau était dégagé et que le lendemain ils devaient patienter pendant une heure, il n'osait même pas imaginer la réprimande qu'il allait recevoir. On aurait pu aisément la comparé à celle qu'avait déjà reçu Fred et George, ça il en était certain. Il décida donc de lui répondre en toute franchise mais avec un ton plutôt mal assuré.


    Molly: « Marché conclu pour la poudre de cheminette, bien que ça va mettre un bazar affolant dans le salon… Mais c’est le plus sage… Quoique les réseaux doivent être assez encombrés peut-être étant donné que nous sommes en vacances ? »


Arthur: Si justement le réseau est souvent bouché ces derniers temps et c'est un vrai casse-tête au Ministère je peux te l'assurer. Un employé du Service des Transports Magiques à même péter les plombs et a envoyé un sortilège qui a fait exploser une armoire. Dieu merci il n y a pas eu de blessé. Enfin ne t'en fait pas Tom est quelqu'un de bien il nous réservera une place prioritaire soi en sûre!

Arthur fit un sourire à Molly pour lui montrer qu'il était confiant, mais il n'était pas du tout certain que Tom fasse ça pour eux même s'ils s'étaient souvent rendu dans son auberge.

Ginny était très enthousiaste à l'idée de voir ses frères et cela ne put que réjouir Molly mais aussi Arthur, de toute manière, tout le monde en avait envie, alors revenir sur cette décision ne serait pas la meilleure des choses, qu'importe l'état du réseau de cheminée. Le fait d'évoquer Fred et George et l'idée de leur rendre visite avait rendu morose Molly quelques instants mais maintenant le temps était à faire des planning d'invitation. Tonks et Remus était déjà prévu, allait certainement suivre Bill et Fleur, mais aussi Harry et Hermione pour le plus grand plaisir de sa fille et de son fils Ronald. Le fait de savoir qu'il y allait prochainement y avoir du monde au Terrier rendit l'atmosphère un peu plus heureuse et la bonne humeur pouvait se lire sur le visage de sa femme Molly. Quant à Ginny elle semblait excitée à l'idée de revoir ses amis que ce soit Harry et Hermione mais aussi bien Nymphadora. En revanche on sentait un certain ressentiment dans la voix de sa fille lorsqu'elle évoqua Fleur. Arthur aimait bien Fleur, on voyait qu'elle faisait des efforts pour s'intégrer à la société Britannique, certes elle avait un certains caractère bien français mais ça ne pouvait faire que du bien à Bill. Pour preuve Arthur avait bien vécu plus de 25 ans avec Molly, et Dieu sait qu'il en fallait du courage, même s'il ne se plaignait jamais, après tout il l'aimait sa Molynette.

    Ginny: « Oh oui ! Avec Tonks ! Ca va être super ! » - « On devrait inviter Hermione et Harry ici aussi ! »


Arthur: Eh bien dans ce cas nous allons lancé toute les invitations possibles et imaginable. Le Terrier va retrouver sa joie de vivre je peux vous l'assurer les Weasley dit Arthur d'un ton joyeux. Je verrais certainement Nymphadora après demain au Ministère, je lui proposerais de venir dîner Mercredi prochain avec les jumeaux qu'en penses tu Molly? Ginny chérie toi, tu t'occupes d'inviter Hermione, prend Errol il est un peu pataud en ce moment mais c'est un bon compagnon. Tu diras à Ron d'en faire autant avec Harry.

Arthur avait un sourire émerveillé sur les lèvres, faire plaisir à toute sa petite famille était certainement l'une des choses qui le rendait le plus heureux. Voir sa femme et ses enfants de bonne humeur ne pouvait que le rendre heureux de toute manière. Même s'ils n'avaient pas forcément les moyens de payer des cadeaux mirobolant à leur enfant, les parents Weasley savait faire plaisir à toute la fratrie avec des choses simple de la vie. Cela forçait le respect envers Arthur et Molly car tout leur vie il ne vivront que pour la famille, et pour le bien de celle-ci et de tout leurs enfants

    Molly: « Rassure-moi, tu ne veux pas faire de la place pour ramener autre chose… A moins que tu ais eu pitié de moi en m’imaginant faire le ménage dans ton garage…»


La raison pour laquelle Arthur voulait se débarrasser de certains objets moldus était assez ambiguë en fait, d'une part il voulait faire un peu de place dans son garage mais d'autre part, il aimerait bien diversifier sa collection d'objet et s'orienter vers ce que les moldus appelle "l'électronique" , lui a toujours tendance à se mélanger et à dire "l'ectronélique". Dire à Molly que c'était pour faire un peu plus de place dans le garage serait certainement plus judicieux, car la bonne humeur était revenu dans la cuisine et tout gâcher maintenant pour faire hurler sa femme n'était pas du tout une bonne idée.

Arthur: Bien disons que je veux faire un peu plus de place dans le garage. En plus on pourra gagner quelques mornilles. Arthur détourna son regard vers sa fille avec un petit sourire et un regard intéressé pour lui murmurer. Ginevra tu pourras demander dans ta lettre à Hermione si ses parents n'ont pas quelques vieux fusibles?

Arthur n'aurait pas vraiment dû dire ça, car maintenant Molly allait soupçonner quelque chose et penser que son mari travaillait sur un autre projet. De toute manière son rêve ne pourrait plus être exaucé maintenant. Il aurait tellement aimé récupéré une voiture comme la Ford Anglia pour la bricoler un petit peu, pas forcément pour la faire voler, à présent c'était proscrit mais simplement pour s'amuser à faire quelques trucs drôles. Après l'épisode de 1992 ce n'était plus possible maintenant, s'il disait à Molly qu'il ramenait une autre voiture elle lui assénerait des coup de balais sur le haut du crâne à répétition. Tant pis, Arthur devrait se contenter de choses et de bricoles plus minimes.

Arthur toujours assis essaya de détourner son esprit vers Ronald, il se demandait ce que son fils pouvait bien faire en haut, déguster des friandises? Lire un livre sur le Quidditch? Toujours est-il qu'il avait hâte de lui annoncer que demain ils iraient voir tous ensemble Fred et George, Ronald pourrait certainement acheter quelques inventions de ses frères, peut-être même lui feront-il des prix avantageux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

Féminin AGE : 25
MESSAGES : 158
DATE D'INSCRIPTION : 05/08/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Avatar; l u c a r i a ♣ et gif profil; Sophie et gif signature; Never Mind

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 10th 2010, 23:45

    Ginny était dans la cuisine, en compagnie maintenant de son père et de sa mère. Une petite réunion de famille. Sauf qu'il manquait Ron (pour compter ceux qui était encore habitant du Terrier) et il se trouvait certainement dans l'un des étages qui composait le Terrier. Mais pour l'instant, la conversation n'avait pas obligatoirement besoin de lui. D'ailleurs, Ginny avait du mal à suivre ses deux parents parler. Les conversations s'enchaînaient et Ginevra s'était perdue. Ainsi, elle écoutait d'une oreille mais ne répondait que lorsqu'on s'adressait à elle directement ou que le prénom d'un de ses amis se faisait entendre comme Harry, Hermione ou Tonks.

    Ginny goutait toujours. Là, la conversation était sur le moyen de transport qu'ils allaient utiliser pour le retour. Et c'était tombé sur la poudre de cheminette. Ginny, comme elle l'avait dit, s'en fichait un peu du moyen de locomotion. Tout ce qu'elle voulait, c'était revoir ses frères.

    Puis la conversation dériva sur le fait de remplir un peu le Terrier. En effet, les Weasley comptait invité du monde à venir manger chez eux. Ginny, cette fois, écouta attentivement sa mère qui était entrain de parler sur ce sujet.

      MOLLY – « Vous avez raison … Tonks, ainsi que Rémus pourront venir, et pourquoi pas Harry et Hermione. Il faudra dire à Ron, - lorsque monsieur sera descendu -, qu’il envoie un hibou à ses deux amis pour leur faire part de tout ça… Personne ne se plaindra je pense que la maison se remplisse autant et je ne pense pas que ni Harry ni Hermione ne seront ennuyés de venir au terrier pour la fin des vacances ».

    Et voilà, sa mère avait résumé la situation ! Bien sur, le fait d'inviter autant de personne aller certainement donner beaucoup de travail à Mme Weasley mais Ginny allait aider du mieux qu'elle le pouvait, sa mère. Ginevra aimait beaucoup faire la cuisine avec elle. C'était un petit moment entre mère et fille. D'ailleurs, la jeune rouquine lui en fit la remarque.

      GINNY – « Je t'aiderais si tu veux, pour la cuisine. »

    Ginny fit un léger sourire à sa mère puis termina son verre de jus d'orange. Maintenant, elle se demandait quand-est ce qu'il allait bien invité tout ce monde. Et sans que Ginevra le demande, Arthur répondit à la question qu'elle se posait, tout en faisant des remarques.

      ARTHUR – « Eh bien dans ce cas nous allons lancé toute les invitations possibles et imaginable. Le Terrier va retrouver sa joie de vivre je peux vous l'assurer les Weasley dit Arthur d'un ton joyeux. Je verrais certainement Nymphadora après demain au Ministère, je lui proposerais de venir dîner Mercredi prochain avec les jumeaux qu'en penses tu Molly? Ginny chérie toi, tu t'occupes d'inviter Hermione, prend Errol il est un peu pataud en ce moment mais c'est un bon compagnon. Tu diras à Ron d'en faire autant avec Harry. »

    La dernière des Weasley hocha de la tête, à l'entente de sa dernière phrase. Ginny avait hâte d'être Mercredi...Revoir Tonks, Hermione, Harry, Lupin, ses frères Fred et George. Tout ce petit monde qui rendait la vie de Ginny plus belle. Bref, la jeune sorcière répondit tout de même à son père en lui faisant une petite remarque.

      GINNY – « Génial ! » lança-t-elle d'un ton joyeux « D'accord, pour Hermione et Harry, j'en parlerais à Ron dès que je le verrais. Par contre, P'pa, n'appelle pas Tonks, par son prénom...Tu sais qu'elle déteste ça. »

    En effet, il ne fallait pas appeler Tonks par son prénom. Sinon, elle pouvait se fâcher. Comment voir quand elle est fâchée ?! C'est simple. Tonks pouvait faire changer sa couleur de cheveux, et des partie de son corps. Ginevra se souviendrait toujours du repas où Tonks avait transformé son nez et sa bouche en une bouche de canard. Ginny avait énormément rit ce jour là.

    Une nouvelle fois, la conversation suivante fut plus pour Arthur et Molly. En même temps, ce que faisait son père ne dérangeait pas plus que ça la rouquine...Alors que ça dérangeait Molly surtout quand ça concernait les objets moldus. Donc, Gin' préféra ne pas s'y mêler. Ayant encore soif, elle alla se chercher un deuxième verre de jus d'orange. S'installant à la même place, elle écouta alors le murmure que venait de lui faire son père.

      ARTHUR – « ... Ginevra tu pourras demander dans ta lettre à Hermione si ses parents n'ont pas quelques vieux fusibles? »

    Ginny arqua d'un sourcil mais ne fit aucun commentaire. Elle se contenta juste de hocher de la tête en signe de réponse positive puis de lui répondre par une phrase simple.

      GINNY – « Oui, d'accord, si tu veux. »

    Cependant, cela intriguait la jeune Gryffondor. Des vieux fusibles ?! Pourquoi faire ?! Est-ce qu'Arthur préparait encore quelque chose ? Il fallait croire que oui. Mais pour l'instant, vu qu'il y avait encore Molly dans la pièce, elle ne préféra rien demander à son père...Elle attendrait que sa mère soit parti faire quelque chose dans la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molly Prewett Weasley

♥ Maman poule maniaco-hysterique ♥

avatar

Féminin AGE : 30
MESSAGES : 117
DATE D'INSCRIPTION : 16/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Me ^^'

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 12th 2010, 14:44

    Bon, alors voilà une chose de faite, ils allaient donc voir Fred et George par le biais du Magicobus et reviendrait à l’aide de la poudre de cheminette, en espérant que le service ne soit pas trop encombré. Quant au fait que Tom leur réserve une place en priorité, il n’y avait pas de certitudes, mais de toutes la manières, elle ne se faisait pas d’inquiétudes… Dans le pire des cas, elle le convaincrait… Enfin, « ils » le convaincraient. Qui plus est, l’idée de ce repas « de famille » avec Rémus, Tonks, les enfants…. Et Fred et Georges avaient intérêt à accepter eux aussi sinon elle se réservait le droit de les embarquer de force ! Après tout, au diable la boutique quelqu’elle soit en comparaison d’un repas de famille … Chez les Weasley, la vie de famille passerait toujours avant tout.

    Joyeux, Arthur lança une vérité pleine de sens : à savoir que le terrier allait retrouver sa joie de vivre … Les invitations partiraient bientôt et durant une soirée tout deviendrait enchantée … Une maison remplie, plein de monde autour d’une table, toute une grande famille réunie… Et en ces temps-ci, c’était une des choses qu’il fallait se souvenir … Alors qu’on ignorait ce qui se passait dehors, alors qu’on ignorait pour combien de temps la vie serait ainsi ; on avait tous besoin de ne plus penser à ce qui se passait dehors, on avait tous besoin de ne penser qu’à être entourée des personnes les plus chères à nous-mêmes. C’était véritablement quelque chose d’émerveillant, et rien de mieux que de voir une famille heureux et unie même s’ils n’avaient pas les moyens forcément de payer grand-chose à leurs enfants … L’important était d’être heureux ensembles… C’était la meilleure des récompenses après avoir pourtant nettoyer la maison toute entière. D’ailleurs, à ce moment même, elle se souvint du panier à linge qu’elle avait encore dans ses bras et qu’elle devrait aller mettre à sécher.

    Arthur ajouta qu’il en parlerait demain à Tonks au ministère et bien entendu que les jumeaux seraient invités, cela allait même de soi. Molly se contenta de hocher de la tête en souriant. Ginny devait prévenir Hermione… Et Ron, lorsque ce dernier sera apparu, préviendra Harry.

    A sa réponse concernant les objets qu’il comptait revendre, elle ne fut pas pleinement satisfaite… Il y avait forcément une raison exacte du pourquoi la vente de ces quelques objets… Et lorsqu’il ajouta à l’adresse de Ginny si elle pouvait demander à Hermione s’ils n’avaient pas quelques vieux fusibles, Molly n’était pas stupide et elle observa étrangement son mari … Ce n’était pour rien non plus qu’elle le connaissait depuis des années … Lui, la connaissait, par cœur, mais cela allait bien entendu dans les deux sens, et elle savait qu’en ce moment présent, il avait un projet bien particulier. Mais, elle n'allait pas non plus tout lui interdire le pauvre ... Il fallait bien lui permettre quelques libertés, tant que cela n'était pas dangereux pour toute la famille, alors ça allait... Et puis, elle savait qu'il ne pourrait vivre sa,s ces petits trucs moldus qui le fascinaient tant Elle décida de laisser passer pour le moment, et d’aller mettre enfin ce linge à sécher… Il finissait quand même par peser lourd dans ses bras ! Elle aurait tout le loisir d’interroger Arthur après… Molly entendit Ginny lui répondre par l’affirmative. Envoyant un regard étrange en direction de son mari, elle dit finalement…

    « Bon, il faut absolument que je me débarrasse de… ce panier, qui commence à peser une tonne sur mes bras … Je vais le mettre à sécher dehors … ».

    Puis, traversant la cuisine, elle sortit de la maison mais s’immobilisa sur le pas de la porte, observant avec suspicion l’amoncellement de nuages gris toujours présent au-dessus d’eux et qui n’étaient pas de très bon augure. Sans nul doute que l’averse n’allait pas tarder à pleuvoir … Mieux vaudrait mettre le linge en haut, au grenier.

    « Il vaut mieux aller mettre tout ça en haut je crois… Ne faites pas de bêtises …» termina t-elle avec bonne humeur et amusée avant de disparaitre dans les escaliers menant à l'étage...


Désolée c'est nul <_<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-harrypotter.forumactif.com/personnages-valides-f7/molly-prewett-weasley--fini-t272.htm http://world-of-harrypotter.forumactif.com/repaires-de-l-ordre-du-phenix-f33/je-tourne-tu-tournes-tout-tourne-fe-sirousounet-t280.htm#6115
Arthur Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

AGE : 27
MESSAGES : 72
DATE D'INSCRIPTION : 06/08/2010


MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 13th 2010, 19:42

Finalement la journée aura été bonne, des horaires tendres au Ministère, une nouvelle qui régalait toute la famille. Arthur avait gagné sa journée et se sentait heureux intérieurement. Il imaginait déjà la grosse marmite de ragoût que ferait Molly mercredi prochain. Oh oui son ragoût de bœuf était excellent, avec des pommes de terre rissolées et d'autres légumes, l'imaginaire de M.Weasley se régalait d'avance.
Le double intérêt de ce repas serait non seulement de revoir les êtres chers à leur cœur mais aussi de discuter des actions de l'Ordre du Phénix. Voilà un an que Arthur était rentré dans l'Ordre, lui qui avait une confiance totale en Albus Dumbledore n'avait pas supporter que Fudge puisse remettre en cause son intégrité.

Les heures étaient sombres et une discussion avec Remus membre imminent de l'Ordre ne ferait pas de mal. Beaucoup de membres étaient partis en mission, de l'espionnage ou la collecte d'informations, tout était important. Connaître les plans des Mangemort étaient nécessaires, cela donnerait un avantage à l'Ordre et pourrait permettre de protéger et de défendre moldus et sorciers de futures prévisions de meurtre. Récemment Lupin était revenu d'une mission au cœur des Loups-garou, il avait dit que Fenrir Greyback essayait lui aussi de fédérer des clans pour rejoindre Voldemort, quant à Remus il avait réussit à convaincre trois ou quatre lycanthropes. Hagrid était parti dans les montagnes il y a quelques mois pour fédérer les géants, cela n'avait pas été très probant. Quant à Arthur il essayait de laisser traîner son oreille par ci par là au Ministère qui était corrompu jusqu'à la moelle c'était certain. L'exemple frappant avait été Augustus Rockwood ancien langue de plomb au Ministère et Mangemort, Lucius Malefoy aussi avait été arrêter, mais Arthur comme Kingsley Shacklebolt n'étaient pas dupes et ils savaient tous très bien que d'autres Mangemorts étaient au Ministère surtout après le retour avéré de Voldemort.

Arthur essaya de chasser ces idées noires pour revenir à la conversation présente qui avait lieu au Terrier. Il fut étonné que Ginny accepte de parler à Hermione des vieux fusibles. On aurait pu penser que pour une fille de son âge elle aurait trouvé ça ringard de demandé une chose pareille à une amie. En tout cas Arthur fut tout heureux et fit un grand sourire à sa fille lorsqu'elle accepta sa requête. Bizarrement aussi, Molly ne fit aucune remarque, à croire que le fait d'aller voir les jumeaux demain avait apaisé les esprits. C'était tant mieux car Arthur n'allait pas à avoir a subir les reproches de sa femme à propos de sa collection d'objets moldus qui envahissait le garage. Finalement il avait fait passer implicitement une mauvaise nouvelle (pour Molly) dans une bonne, il était fier de son coup, il pourrait peut-être réussir à faire aboutir son projet. Il avait en fait récupéré des vieux phares d'un taxi londonien. Il avait pour projet de les installé au dessus de la porte du garage. Il paraîtrait que les moldus avait mis au point un système dans lequel lorsqu'une présence passait devant la lampe, celle-ci s'allumait toute seule. Arthur avait lu ça dans le métro en accompagnant Harry à son audience l'an dernier. Cela l'avait turlupiné et voilà presque un an qu'il travaillait la dessus. Ce projet le fascinait et la réussite de celui-ci serait une grande fierté. Il avait réussi à installer l'électricité dans son garage, il avait du mettre deux mois avant de réussir à faire cela.

Molly se rendit compte qu'elle avait toujours son panier de linge dans les mains et projetait d'aller le mettre dehors, Arthur n'eut pas eu le temps de lui déconseiller à cause du temps que sa femme fit volte face en voyant les nuages pour aller étendre le linge à l'étage.


Arthur: Ne t'en fait pas Molynette nous serons très sage... tu nous connais dit Arthur en faisant un clin d'œil à sa fille.

Sa femme venait de disparaître dans les escaliers et Arthur reposa son regard amusé sur sa fille.


Arthur: Alors qu'as tu fais de ta journée Ginny?

Arthur remit sa baguette dans sa poche, puis regarda en direction des escaliers pour voir si Molly était bien montée. Il ressortit un petit tube transparent avec une pointe au bout, dans le tube passait un liquide bleu. C'était ce que les moldus appelait un stylo à bille, ils écrivaient avec ça. Un ami du Service du détournement de l'artisanat moldus avait saisit ce stylo lors d'une perquisition et l'avait donné à Arthur. Avant que le sort ne soit conjuré, quiconque touchait le stylo voyait son visage couvert de furoncles. C'était encore une blague de sorciers se moquant des moldus et de leur inventions. Personellement, Arthur trouvait que les stylo à bille était bien plus pratique que les plumes, cela prenait indéniablement moins de place et il n y avait pas besoin de tremper la pointe dans de l'encre car elle était automatiquement alimentée.
M.Weasley poussa le stylo vers sa fille et lui fit signe de le garder. Arthur aurait bien lancé un Assurdiato pour être sûr que Molly ne les entendent pas mais inévitablement la conversation allait dévié sur l'artisanat moldu. Cela intéressait Ginny quelques fois puisqu'elle aimait beaucoup Harry qui avait vécu 11 ans dans le monde passionant des moldus même si la famille dans laquelle il vivait était loin d'être la plus sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

avatar

Féminin AGE : 25
MESSAGES : 158
DATE D'INSCRIPTION : 05/08/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE :

COPYRIGHT : Avatar; l u c a r i a ♣ et gif profil; Sophie et gif signature; Never Mind

MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   Août 23rd 2010, 14:15

    En effet, ça pouvait paraître bizarre ou étrange que Ginny accepte de parler à Hermione des fusibles comme son père lui avait demandé. Normalement, Ginny et Hermione parlait de sujet un peu plus divertissant, un peu plus intéressant pour des adolescentes. Mais là, la rouquine était poussé par un élan de gentillesse et pour une raison encore inconnue, elle voulait faire plaisir à son père. Et c'est ce qu'elle fit lorsqu'elle accepta de parler de fusible dans la lettre qu'elle allait envoyer à son amie.

    Ginny regarda son père avec un grand sourire puis posa ensuite son regard sur sa mère. La rouquine n'avait même pas remarqué que sa mère avait un panier de linge dans les mains. Ce n'est que lorsqu'elle prit la parole afin de faire une remarque, qu'elle le remarqua.

      Molly ♣️ « Bon, il faut absolument que je me débarrasse de… ce panier, qui commence à peser une tonne sur mes bras … Je vais le mettre à sécher dehors … »

    Cependant, il ne faisait pas très beau dehors et apparemment Mme Weasley ne l'avait pas encore remarqué. Mais elle ne tarda pas à s'en apercevoir lorsqu'elle alla jusqu'à la porte d'entrée. Oui, une averse n'allait pas tarder à s'abattre sur la demeure des Weasley. Et mettre le linge dehors ne les aurait pas fait sécher, bien au contraire !

    Ginevra avait toujours son regard posé sur sa mère qui venait de revenir dans le salon. Elle avait toujours une idée derrière la tête et prenait ça avec sourire et amusement. La plus jeune de la famille adorait ce côté là de sa mère.

      Molly ♣️ « Il vaut mieux aller mettre tout ça en haut je crois… Ne faites pas de bêtises …»

    L'adolescente hocha de la tête comme pour lui dire qu'elle ne devait pas s'inquiéter. Elle détourna ensuite son regard sur son père qui venait de répondre à la remarque de Mme Weasley, avec un petit sourire au lèvre.

      Arthur ♣️ « Ne t'en fait pas Molynette nous serons très sage... tu nous connais »

    Ginevra fit un léger hochement de la tête et un sourire à son père lorsqu'il lui fit un clin d'oeil puis ajouta une dernière parole avant que sa mère parte étendre le linge.

      Ginny ♣️ « T'inquiète pas. On fera pas de bêtise. »

    Ou pas. Non, mais ils n'allaient rien faire. S'il y avait Fred et George, là, elle aurait peut-être pu s'inquiéter car avec eux, l'ambiance était des plus folles. Et c'était eux qui faisait le plus de bêtises dans la famille. Pas étonnant qu'ils aient ouvert une boutique de farce et attrape !

    Ginevra attrapa son verre puis bu la dernière gorgée de son jus d'orange. Tout ça en écoutant son père prendre la parole. Il venait de lui poser une question, toute simple.

      Arthur ♣️ « Alors qu'as tu fais de ta journée Ginny? »

    Une fois son verre fini et la question posé, la rouquine déposa son verre sur la table puis regarda son père avec une petite grimace qui laissait supposer que sa journée n'avait pas être très bonne. Non pas qui lui était arrivé des malheurs mais elle était banale.

      Ginny ♣️ « Rien de bien intéressant. En ce moment, mes journées se suivent et se ressemblent. Pour tout de dire, j'ai hâte de retourner à Poudlard ! »

    Peut-être que son père allait mal le prendre ou pas. Mais Ginny était franche et quand quelques choses n'allait pas, elle n'hésitait pas à le dire. Et là, c'était le fait de s'ennuyer un peu trop. Peut-être que c'était dû au départ de ses frères, Fred et George. Car malgré qu'il restait Ron, ce n'était pas avec lui qu'elle s'amusait le plus. En tout cas, à Poudlard, elle n'avait pas le temps de s'ennuyer. Entre les cours, les amis et les sorties, chaque journées étaient différentes. Sans compter les nombreux événements que pouvait recevoir Poudlard. Mais bon, retrouver la famille et la demeure familiale ne pouvait pas faire de mal.

    Puis soudain, son père sorti un objet bizarre de sa poche. Ginny fit des petits yeux tout rond, un regard avec de la surprise. C'était un tube avec une pointe au bout. Le connaissant, c'était forcément un objet moldu. Mais cela ne dérangeait pas de parler moldu avec son père. En effet, ça lui permettait d'en savoir plus sur le monde où avait vécu Harry. Et Ginny ne refusait jamais d'en apprendre plus sur Harry. C'était quand même son ami...même plus ! C'était le premier garçon pour qui elle avait développer des sentiments amoureux. Et même si ça n'avait pas été réciproque, elle ne pouvait pas l'oublier...C'était plus fort qu'elle !

    Bref, Ginevra prit l'objet dans ses mains puisque son père venait de lui donner. Elle le tourna dans tout les sens, le scrutant dans chaque recoins. Elle se demandait vraiment à quoi ça servait. Et bien sur, celui qui le savait était son père...et Harry bien sur. Mais là, elle était à côté de son père, donc elle s'adressa à lui pour lui demander à quoi servait ce tube avec une pointe au bout.

      Ginny ♣️ « Et ça sert à quoi ça ?! C'est une petite arme ?! »

    Oui, peut-être que la pointe pouvait transpercer...Mais ce n'était qu'une supposition !


HJ : Désolée pour le retard affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conciliabule dans la cuisine des Weasley [Fe Molly & Ginny]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débuts en cuisine -libre-
» Travaux dans la cuisine
» Des animaux très curieux .
» L'électricité statique
» Trucs dans la Cuisine !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Harry Potter :: Jeu de Rôle : L'Angleterre Magique :: Autres lieux... :: Le Terrier-
Sauter vers: